La Villa Rohannec’h

Présentation
Située en surplomb des espaces portuaires de Saint-Brieuc, la villa Rohannec’h, maison d’armateur construite au début du XXe siècle, est un lieu de création et de rencontres artistiques et culturelles, en chantier ouvert.
Propriété départementale depuis 1946, elle a connu différents usages (établissement agricole, lieu d’accueil de réfugiés bosniaques, espace éphémère d’art contemporain…) avant de devenir un lieu de vie culturelle, centrée sur la recherche et la création artistique pluridisciplinaire, principalement tournée autour des arts visuels.
Fortement marqué par les caractéristiques géographiques et l’histoire du lieu, le projet culturel se développe autour de la qualité hospitalière de la maison et son inscription dans le paysage littoral. S’y déploient des espaces de de vie et de travail, collectifs, entre intérieur et jardin, mis à la disposition d’artistes et créatifs, étudiants, artistes émergents ou confirmés. Pendant des durées variables, ils y mènent des projets de recherche et création, produisent et partagent leurs expériences auprès du public.
Fondé sur des principes d’expérimentation, d’innovation culturelle, sociale et économique, Rohannec’h est devenu au fil des années un lieu de vie atypique soucieux d’échanges et de proximité, adoptant progressivement une organisation collaborative et contributive des projets. Les actions menées (workshops, résidences artistiques…) favorisent le décloisonnement et le croisement des disciplines artistiques principalement dans le champs des arts visuels, du patrimoine, de l’architecture et du paysage.

Un nouveau lieu de résidences artistiques
Site urbain en bord de mer, le parc et la villa Rohannec’h offrent un terrain de jeu ouvert et diversifié, à échelles variables : le site est dominée par une villa de 1300 m² (en grande partie non réhabilitée), face à la mer et entourée par un parc de 7 ha (en partie inaccessible), à 80 m en surplomb du port du Légué.
Les résidences proposent des espaces de travail dans la villa, un hébergement sur site et un accompagnement humain et matériel. Différents types de résidences artistiques sont actuellement organisées :
– résidences de création, de recherche et d’expérimentation pour permettre à un artiste ou une équipe de poursuivre une étape de son travail.
– résidences tremplin spécifiquement destinées à soutenir l’émergence de jeunes artistes.
– résidences d’artistes associés pour renforcer la présence durable et la participation des artistes au projet culturel de Rohannec’h.
Des résidences de recherche en sciences humaines sont en préparation.

Le programme de résidence – été 2018
Cette année, la villa Rohannec’h s’associe à l’association des amis et usagers de la plage du Valais et Documents d’Artistes Bretagne pour proposer un cadre de travail et un espace de recherches sur le littoral de Saint-Brieuc, rayonnant à partir du site de Rohannec’h, sur un temps assez long. Une attention particulière est portée à l’implication en amont d’associations et partenaires divers dans le projet de résidences, pour favoriser les conditions d’hospitalité et d’immersion des artistes sur le territoire.

Les espaces d’expérimentations proposés
Le projet de résidences suggère une mise en tension des deux lieux « hôtes » des projets artistiques, à savoir le site de Rohannec’h (villa et parc) et le quartier du Valais, situé à quelques centaines de mètres de la villa. Le quartier du Valais rassemble une centaine de cabanons autoconstruits en bord de mer, dont les plus anciens datent du premier quart du XXe siècle. Les lieux d’installation, d’occupation artistiques, réels ou fictionnels, réunissent ainsi une multiplicité d’espaces et de contextes, autour du port du Légué.

Conditions de résidence
La durée moyenne des résidences est de 12 semaines, réparties sur 5 à 6 mois maximum, entre mai et octobre.

Chaque artiste sélectionné bénéficie :
– d’un hébergement sur site, dédié et équipé : gîte sur le site de Rohannec’h et « cabanon » estival meublé, sur la plage du Valais
– d’une rémunération mensuelle pour leurs recherches, d’une enveloppe de production et d’autres défraiements usuels
– de prêts d’outils, matériel informatique, audiovisuel, matériaux divers, en s’appuyant sur l’ensemble des ressources des services départementaux (services techniques divers, apports en nature/compétences de partenaires, etc.)

Le travail de documentation :
– chaque artiste bénéficie d’une documentation en ligne, mise en oeuvre par Documents d’Artistes Bretagne qui rend compte de la résidence sur le site dédié : www.rohannech.ddab.org
– ce travail documentaire est mené avec Christine Finizio, directrice de Documents d’Artistes Bretagne et Aurélie Venot, chargée d’édition web et de la communication.

La dimension critique et curatoriale :
– un(e) critique d’art d’envergure nationale est invitée à rédiger un texte critique sur le travail de chacun des artistes accueillis.
– médiation du travail
– des temps de médiation et de rencontre artistes / public sont conjointement envisagés : ouvertures d’atelier, « sorties de résidence » ponctuelles, finissage.

Un accompagnement bienveillant permet aux artistes de :
– expérimenter ou prolonger leur travail artistique, sur une période assez longue
– vivre des situations « décalées » par rapport à leur pratique
– tester leurs productions dans l’espace public et auprès de publics diversifiés
– partager leurs doutes et interrogations, dans un environnement accueillant
– rencontrer d’autres artistes et des acteurs culturels divers (archives, musée, Caue, etc.)
– être accompagnés tout au long de leur résidence, par des retours professionnels et non-experts et un regard « critique » professionnel
– faciliter leur insertion (principalement pour les artistes émergents) dans les réseaux arts visuels régionaux


Extrait du Magazine des Côtes d’Armor diffusé sur Tébéo, samedi 8 septembre 2018. Présentation : Mathilde Quéméner.
© Tébéo (Télévision Bretagne Ouest – 29600 Morlaix)